La Russie veut une blockchain à base d’Ethereum pour les services urbains

Ethereum-ETH

Le département des technologies de l’information de Moscou en Russie a annoncé la mise aux enchères d’un système de chaîne de blocs basé sur Ethereum, capable de fournir des services administratifs en ligne à la population de la ville.

Selon le média russe, Open Media, le projet de budget est de 57 millions de roubles, soit environ 860 000 dollars. Le projet vise à améliorer la transparence des services administratifs fournis aux citoyens. Ces services comprennent la fourniture de documents officiels liés au logement, tels que des transactions immobilières ou des subventions. La technologie sera également mise à profit pour des tâches telles que la distribution d'espaces commerciaux.

Le gouvernement souhaite héberger une plate-forme pouvant prendre en charge simultanément 1,5 million d'utilisateurs et envisage de la transformer en une blockchain fondée sur des preuves d'autorité. Une fois choisi, le contractant disposera de 60 jours pour achever son travail. L’automatisation des services électroniques fournis par la mairie de Moscou sur la technologie des chaînes de blocs vise à améliorer la transparence des mécanismes internes et à réduire les coûts.

Les contractants pourraient également être chargés de combiner la nouvelle plate-forme avec les mécanismes de blockchain existants testés par le gouvernement de Moscou. Le maire de Moscou, Sergei Sobyanin, a annoncé son intention d'utiliser la technologie de blockchain dès novembre 2017. Un de ces projets est Active Citizen, lancé en 2017 et basé sur la technologie de blockchain. Il permet aux habitants de Moscou d'exprimer leurs préférences sur des projets de travaux publics, tels que des emplacements pour de nouvelles pistes cyclables.

Vote sur la blockchain à Moscou

Le gouvernement utilisera également la technologie blockchain pour voter pour la première fois en septembre. La mairie envisage de mener une expérience sur les applications de la technologie de la blockchain au vote par Internet à distance le 8 septembre. La blockchain peut permettre que le processus soit anonyme, le vote dépersonnalisé électronique étant stocké sur la blockchain, ce qui empêche le lien du vote avec le nom de l'électeur.